Que faire quand on visite bordeaux : De tous les monuments publics de Bordeaux, le grand-théâtre est sans contredit le plus renom et le plus estimé. Il se monte à l’endroit de l’ancien temple des piliers de Tutelle qui marquait le vieux forum gallo-romain.

Une richesse unique

Les centres natifs de la métropole couvrent un large type d’attroupements végétaux et animaux locales. Certaines sont défendues telles que l’Angélique des embouchures, la vision d’Europe ou encore l’Azurée du serpolet. Plus paroisses mais tout si importantes, se développent dans ces espaces de nature comme le renard, la loutre ou les orchidées de toutes sortes.

On reconquiert également de plusieurs espèces voyageuses qui trouvent sur le territoire de la cité des habitats naturels favorables à leur reproduction (anguille européenne, esturgeon, lamproie) ou encore à une halte hivernale (pour les oiseaux notamment). Certains parcs paysagers fourmillent pareillement d’espèces importées. Les oiseaux nicheurs et les rapaces, les libellules et les papillons de jour, les mammifères, les chauves-souris, les amphibiens et les reptiles n’auront bientôt plus de secret pour vous.

Les différents spécialistes de l’équipe explorent toute la région à leur recherche. Points d’écoute pour les oiseaux, plaques en métal pour observer les reptiles, pièges photographiques pour identifier les mammifères nocturnes ou encore détecteurs à ultrasons pour les chauves-souris, des procédés permettent d’effectuer ces catalogues tout en respectant, bien sûr, chaque spécimen.

Atlas de la biodiversité

Axe fort de son dessein métropolitain, Bordeaux s’embauche pour mieux protéger la biodiversité, et lance une étude de statistique de la faune et de la flore de son territoire.

L’objectif est de déterminer l’ensemble des espèces exhibes sur le centre, identifier les zones les plus sensibles, les espèces à protéger la ligue pour la protection des oiseaux, l’association ciste de nature, et les bureaux apex et élimons forment l’équipe chargée d’explorer la nature sur le territoire métropolitain.

Leur travail aboutira en mars 2015 à la publication d’un inventaire, l’atlas de la biodiversité de la métropole bordelaise. Afin de mieux comprendre le fonctionnement des habitats et de mieux appréhender les enjeux liés à la biodiversité métropolitaine, ce travail est réalisé sur la faune et la flore du territoire.